Chute du Lancaster en 1945

CRASCH D’UN BOMBARDIER LANCASTER

LES 15 – 6 MARS 1944

A ARTOLSHEIM, MUSSIG ET HILSENHEIM

 

La Seconde Guerre mondiale tirait en longueur. La seule preuve visible pour les habitants de nos villages que quelqu’un se battait encore contre les Allemands était le passage incessant des bombardiers lourds dans le ciel avec des pertes importantes car çà et là les épaves des avions abattus jonchaient le sol alsacien.

 

Le Bomber Command avait lancé une mission dans la nuit du 15 au 16 mars pour démolir les usines de guerre à Stuttgart. Ce raid prévoyait une fore de six-cent-dix-sept bombardiers Lancaster et de deux-cent-trente Halifax. Des Mosquito, chasseurs bombardiers rapides les devançaient afin d’aller marquer les objectifs.

 

Au début de soirée dans le Lincolnshire, sur différentes bases décollaient les lourds Lancaster chargé de bombes et parmi eux à 19 heures celui du P/O Clegg, le pilote de l’avion, un jeune homme de 29 ans natif de l’île de Man. Il était considéré comme un vétéran car la moyenne d’âge dans le Bomber Command était alors de 21 ans. Avec Clegg, il y avait à son bord le sergent Cecil G Arthur, un Australien âgé de 20 ans qui faisait office de mécanicien de bord, le sergent Joseph B Bull qui était mitrailleur âgé de 21 ans, le sergent Edward A. Cunningham, le bombardier lui aussi âgé de 21 ans, un autre sergent, Robert Liderth qui lui aussi faisait office de mitrailleur. Il est noté que celui-ci était âgé de 35 ans ce qui était plutôt rare dans le Bomber Command. Le Sergent Lawrence Melbourne âgé de 23 ans était le radio et le sergent Victor J. Pickford était le navigateur, ce qui représente les sept membres habituels du Lancaster. Ce soir-là en plus de ces aviateurs il y avait un second mécanicien à bord, le Sergent John F. Ennis qui suivait une formation. Leur avion, un Avro Lancaster ME 558 et immatriculé SR-Q au sein du squadron, était un bombardier construit dans les usines Vickers à Manchester. Ces usines sortaient environ vingt bombardiers de ce type par semaine. Le chargement de bombes se composait d’une bombe explosive de 2 tonnes, quatre-vingt petites bombes explosives de 15 kg, six-cent-soixante bâtonnets incendiaires de 2 kg et quatre-vingt-dix bâtonnets de 2 kg du type X, soit un poids de 4700 kg de bombes. Les bombardiers anglais furent repérés par les radars allemands à partir de 20 heures quand ils approchaient les côtes françaises. Le commandement de la Luftwaffe fit décoller ses chasseurs de nuit vers 22 heures et il les fit attendre le stream anglais autour de deux balises radio, une située à l’est de Trèves et l’autre, la FF Christa au sud de Karlsruhe. Vers 22 heures 30 les chasseurs de nuit du type Messerschmitt 110 et Junkers 88 entrèrent en contact avec les quadrimoteurs anglais. Les premières victimes de ces pilotes seront les Halifax, qui seront touchés au-dessus de la Haute-Saône et qui iront s’écraser à Héricourt et à Saint-Barthélémy. Le stream des bombardiers continue son chemin et arrivé au-dessus du Ried alsacien, il se fait aborder par les chasseurs de la NJG 1 et NJG 6. Un premier Lancaster du 550ème squadron, le LM 392 piloté par le F/L Crawford s’écrase près du terrain de football d’Artolsheim, après l’impact, celui explosa.

 

L’attaque d’un chasseur de nuit devait provoquer une collision en vol et un des avions impliqué, le Lancaster LL 637 du 408 squadron fut coupé en deux en s’écrasa à environ     500 mètres des premières habitations de Hilsenheim, tuant les sept membres de l’équipage. La queue de l’avion avec la tourelle fut retrouvée près de la forêt non loin de Wittisheim avec encore à son poste le mitrailleur tué lors de l’impact. L’autre avion, le ME 558, certainement touché par le chasseur de nuit passa en feu au-dessus de Mussig et s’écrasa dans les champs au lieu-dit Breitenheim. Il fut certainement la victime de l’Unterofficier Robert Koch de la      6/NJG 1. Les 7 membres de l’équipage furent retrouvés dans les débris de l’avion et enterré au cimetière communal de Mussig. Le dernier, le sergent Ennis réussit à évacuer l’avion en parachute, mais il fut retrouvé mort au bord d’un étang à Wittisheim quelques jours plus tard et fut enterré provisoirement dans ce village. Il fut transféré plus tard dans le cimetière militaire anglais de Choloy à côté de Toul ou il repose toujours.

 

En 1972 lors de travaux de raccordement d’eau, le moyeu et une pâle d’hélice furent mis à jour et les jeunes du foyer-club qui les restaurèrent. Elle fût mise en stèle sur les tombes des sept aviateurs au cimetière et inauguré le 17 mars 1974. Un dernier Lancaster du 550ème squadron qui était mêlé à ce combat devait aller s’écraser à Sondernach dans la vallée de Munster tuant 6 des 7 membres d’équipage. Durant cette nuit tragique sur les quatre Lancasters abattus dans le ried et à Sondernach, un seul membre d’équipage sur les vingt-neuf survécut.

 

Un dernier Lancaster du 550 Squadron participant également à ce raid est tombé à Sondernach, dans la vallée de Munster. Six des sept aviateurs y ont succombé. Donc seul un des 29 aviateurs de ces 4 bombardiers abattus durant cette nuit tragique a survécu.

Pensons à ces 7 aviateurs, qui reposent à jamais dans ce cimetière de MUSSIG, ils ont offert leur vie pour notre liberté.

carte lancaster                                        Profil Lancaster

 

 

Mussig - Site de la commune © 2015